Collaboration des cultures

La collaboration des cultures et des vaches pour améliorer la santé de sol.

Collaboration des cultures

La collaboration des cultures et des vaches pour améliorer la santé de sol.

Mark Peterson décida de semer des cultures de couverture tant et aussi longtemps qu’il le faudrait.

C’est la version simplifiée de l’histoire de huit ans de la ferme de maïs et soja Bent Gate et maintenant ferme de petites céréales située près de Stanton, Iowa, exploitée par Mark et sa femme, Melanie.

Les Peterson ont depuis toujours cherché à améliorer leur sol et à restaurer sa santé pour le protéger contre l’érosion. Une telle quête les amena à diversifier leurs assolements en y incluant les petites céréales. Cela mena à la prochaine étape, un multiple semis de cultures de couverture contenant plus de douze espèces. Le mélange va du sorgho herbacé et du millet perlé au sunn, soja, lin et okra—comme culture estivale semée juste après la moisson des petites céréales.

La plus récente étape fut une collaboration avec un voisin pour ajouter à la recette un composant animal. « J’aime ce que font les vaches qui broutent une culture de soutien, dit Mark. Ces merveilleuses bouses fournissant les éléments fertilisants. Et le semis direct est plus facile pour nous là où les vaches ont brouté. »

Il attribue à une organisation appelée Practical Farmers of Iowa sa décision d’emprunter ce sentier. Il a profité de programmes de partage des coûts des petites céréales offerts par PFI pour essayer une culture qui ajoute la diversité et fournit des racines vivantes durant les mois d’hiver. (Pour plus de détails sur la production des petits grains et le broutage des cultures de soutien, visitez le site Web de PFI à practicalfarmers.org.)

La haute densité tire le maximum du broutage de la culture.

Clôture et eau. Cela a permis de profiter d’une saison de croissance étendue pour les cultures de couverture. Mark contacta Green Cover Seed, une compagnie du Nebraska qui préparait un mélange de 14 ingrédients incluant légumineuses et herbes de saison chaude avec les brassicas.

Les Peterson furent étonnés de la croissance rapide du mélange. « Nous ne savions pas à quoi nous attendre, dit Mark. Nous sommes revenus après 60 jours et notre première culture de soutien estivale était déjà plus haute que Melanie. » Ne savant que faire de toute cette biomasse, les Peterson appelèrent Colten Catterton, un représentant de Green Cover Seed, qui préleva des échantillons de fourrage et trouvera qu’il y avait environ deux tonnes de matière sèche par acre à qualité relative de 147 (l’index RFQ est basé sur matière sèche et le total des nutriants digestibles). « J’ai donc conseillé à Mark d’y amener du bétail pour le broutage, dit M. Catterton. Les animaux transforment la biomasse mais y laisse la plupart des nutriants. Environ 85 % des nutriants ingérés ressortent en bouses et en fertilisants immédiatement disponibles. »

Et c’est ce qu’ils ont fait. N’ayant pas de bétail, ils collaborèrent avec les voisins qui amenèrent leurs bêtes pour le broutage. En 2018, leur voisin Pete Marshall fournit 20 paires de vaches-veaux à la famille Peterson, là où elles ont brouté environ 60 acres de culture de couverture pendant environ 45 jours, à partir du mois de septembre.

« C’est toujours une question de clôture et d’eau, indique M. Marshall. La ferme Peterson avait peu de clôtures, mais M. Marshall est spécialisé en construction et une clôture électrique périmétrique à un seul fil haute tension fut vite érigée pour entourer le champ ; il utilisa aussi du poly fil énergisé pour diviser le champ en parcelles de quatre acres. Une petite innovation et un peu de transport amenèrent l’eau à tous les enclos.

Monsieur Marshall paya un tarif pour le broutage ; le calcul de la valeur pourrait être le sujet d’un article complet. Les Peterson y voient un rendement à plus long terme. « La matière organique améliore cette approche. Nous voyons aussi des augmentations de rendement dans les cultures de maïs des années suivantes. Les cultures multiples rapportent sur plusieurs années. »

Read more