Conteneurisation

Les conteneurs ouvrent de nouvelles portes aux producteurs de céréales.

Conteneurisation

Les conteneurs ouvrent de nouvelles portes aux producteurs de céréales.

La révolution du conteneur gagne les producteurs d’oléagineux et de petites céréales. Des céréaliers d’avant-garde des prairies canadiennes travaillent en partenariat avec les sociétés céréalières pour remplir les conteneurs avec une variété d’oléagineux et de légumineuses pour expédition aux quatre coins du monde. Ceci réduit les coûts d’expédition en réduisant la manutention du produit et ouvre de nouveaux horizons de marketing pour les producteurs.

On expédie le fret en conteneurs intermodaux normalisés depuis plus de 60 ans. Vu que la conteneurisation élimine le temps et les dépenses de la manutention du produit chaque fois qu’il est transféré d’un camion à un wagon ou un navire, cela réduit considérablement le coût d’expédition des marchandises.

Les petites céréales étaient normalement expédiées en vrac et les conteneurs n’ont pas eu autant d’impact. Mais le vent tourne alors que les producteurs améliorent leurs installations de manutention et que la traçabilité gagne en importance.

Christos Lygouriatis garde des échantillons de grain de chaque conteneur.

 

Joe Wecker expédie depuis trois ans des conteneurs de lin, de pois Dun et de pois Maple aux utilisateurs de l’Indonésie et de la Chine depuis sa ferme de 4450 hectares située près de Sedley, en Saskatchewan. Alors que d’autres envoient les conteneurs directement aux acheteurs en pays étranger, M. Wecker préfère passer par des intermédiaires domestiques comme la compagnie XTP Grain de Regina, en Saskatchewan. Il a toujours le choix de trois ou quatre grandes céréalières dominant l’industrie dans l’ouest du Canada, mais n’a pas à s’inquiéter de pourchasser les paiements venant d’un autre continent.

Tous y gagnent. « Charger les contenants de céréales aux qualités ou aux caractères spécifiques dans la cour du producteur bénéficie à tous, dit Grant Whitmore de XTP Grain. Le producteur n’a pas à investir de temps et d’argent dans le transport vers un point central de livraison. Et l’acheteur peut surveiller la qualité des produits hauts de gamme pendant le chargement du conteneur. Advenant un problème, il peut être réglé beaucoup plus facilement que si le produit était rendu sur un quai à Vancouver. »

« La confiance doit régner des deux côtés, dit M. Wecker. L’acheteur doit savoir que vous lui livrerez les produits de haute qualité qu’il a achetés. Et vous ne voulez pas de décevoir. »

M. Wecker photographie ses reçus au iPhone pour y avoir facilement accès.

Le chargement des conteneurs n’est pas difficile si vous avez le bon équipement à votre ferme, dit M. Wecker. Il faut d’abord peser le camion et le contenant avec une bascule à son arrivée à la ferme. Le contenant est ensuite inspecté et nettoyé pour éliminer toute matière étrangère de l’envoi précédent. Le chargement se fait alors avec un convoyeur à courroie. On surveille attentivement le poids durant le remplissage en utilisant les jauges de pression d’air du camion. Après quoi, on revérifie la charge sur la bascule.

« À moins d’avoir une bascule de pesage, il est pratiquement impossible d’expédier par conteneurs, dit M. Wecker. En cas de surcharge du conteneur, le navire le refuse, ou inversement, l’acheteur paie plus de fret par tonne de produit. »

Sceau inviolable. Après avoir fermé les portes du conteneur, on insère dans la serrure un sceau inviolable numéroté. Cela prouve aux douaniers et aux acheteurs finaux que le conteneur n’a pas été ouvert depuis qu’il a quitté la ferme.

« Les sceaux inviolables sont un élément critique du système de documentation de chaque étape du processus, dit Christos Lygouriatis de XTP Grain. Certaines ventes à haute valeur obligent le producteur à avoir des protocoles de production qui enregistrent tout, du semi à l’expédition. Des rapports d’échantillonnage et de vérification de qualité sont aussi exigés.

Traçabilité. « Les consommateurs attachent de plus en plus d’importance à l’origine des aliments et leur mode de culture, dit M. Wecker. Les conteneurs prouvent à l’utilisateur qu’un envoi vient de ma ferme. Cela me donne l’occasion d’établir une relation avec le client et de démontrer que ma ferme a quelque chose de spécial. »

Contrairement aux expéditions en vrac de céréales, la manutention des conteneurs se limite au chargement à la ferme et au déchargement à destination.

Par exemple, M. Wecker a invité à sa ferme un acheteur chinois pour la visite de ses champs, lui expliquant ce qu’il faisait, et pourquoi il le faisait.

« Venir à la ferme et salir ses souliers en recherchant les vers de terre fut pour lui une expérience fort enrichissante, dit M. Wecker. Il a pu apprécier la valeur de ce que nous essayons de faire et a pu retransmettre ce message à ses clients à son retour. »

Monsieur Wecker dit que la traçabilité que fournit le conteneur lui a ouvert de nouveaux créneaux. Il essaie maintenant de maintenir l’intérêt de ses clients pendant toute la saison de croissance par un envoi régulier de photos témoins. « La Chine a beaucoup plus d’acheteurs en ligne qui veulent cliquer sur un lien et voir d’où vient le produit, dit M. Wecker. J’envisage la création d’un site Web à cet effet. La traçabilité nous amène au-delà des cultures de base jusqu’à nos racines mêmes, la production des aliments. » 

Read more