Le Souci Du Détail

Votre produit est prêt. Ensuite?

Le Souci Du Détail

Votre produit est prêt. Ensuite?

La route de l’entreprenariat emprunte bien des sentiers, pour bien des raisons. Andrew et Karlie voulaient agrandir la ferme sans acheter plus de terre. Drew et Ashlie voulaient étendre leur entreprise de présentation bovine. Et Brian et Mary espéraient bâtir une nouvelle vie sur la terre.

Ces couples ont choisi un sentier ne s’éloignant pas trop de ce qu’ils connaissaient. Ils réalisèrent qu’une certaine familiarité était nécessaire pour arriver à bon port. Mais tous ont vu que ce sont les petits détails qui peuvent prendre la route cahoteuse pour arriver au marché.

Bâtir la demande. « Nul besoin d’aide avec le produit car nous savions cultiver le grain », dit Andrew Bowman, producteur de cinquième génération d’Oneida, Ill., et propriétaire de Pilot Knob Comforts.

Il prévoyait grandir de façon traditionnelle en faisant plus de maïs et de soja. Mais utiliser une partie de ses terres pour le maïs à éclater à valeur ajoutée lui semblait très sensé.

« Mais comment réussir à trouver des acheteurs ? Comment penser comme un consommateur ? C’est très différent du marché du maïs où le prix est déterminé d’avance pour nous à Chicago. Ou encore de vendre à l’usine d’éthanol si bien structurée que vous obtenez votre chèque presque immédiatement », dit Andrew.

Pilot Knob Comforts.

Mary et Brian Heffernan ont vite réalisé que l’approvisionnement et la demande exigeaient autant d’efforts l’un que l’autre. Mary, de Five Marys Farms de Fort Jones, Calif., sait que « personne ne veut tout faire. Mais si on veut contrôler son marché, ce n’est pas du prêt à utiliser. »

Les Heffernan quittèrent la Baie de la Californie pour acheter un ranch délabré et partir de rien. Mais ils connaissaient la bonne nourriture, ayant eu un restaurant avant de venir s’installer sur une terre. Ils commencèrent un élevage et bâtirent la marque Five Marys (leurs quatre filles s’appellent aussi Mary), expédiant leur viande directement aux consommateurs partout au pays. Ils réussirent en passant autant de temps, sinon plus, à des tâches comme la création de recettes, le développement d’une liste de courriels et leur présence sur les médias sociaux.

Livrer le produit. Utilisant la maîtrise de Karlie en publicité, les Bowman développèrent leur emballage. Ils allèrent d’épicerie en magasin spécialisé en boutique à cadeau à la recherche d’un étalage pour leur maïs soufflé. Après un succès limité, ils tombèrent sur un courtier.

Ces familles ont bâti des marques racontant l’histoire de leur ferme et elles l’incluent dans chaque emballage.

« Il jeta un coup d’oeil à l’emballage et dit que nous devions être fiers de ce que nous avions accompli, mais que rien n’allait », raconte Karlie. Après une telle critique si sévère, les Bowman décidèrent de l’engager. Il les aida à créer un emballage plus distinctif et les mis en contact avec des acheteurs de chaînes d’épicerie nationales.

« Nous avons commencé avec 20 sacs de 2 lb dans une caisse car c’est la limite que peut soulever le personnel du magasin et nous pensions maximiser nos coûts d’expédition, dit Andrew. Il nous fit réduire les sacs et ramener les caisses à 12 sacs pour que tout puisse aller sur la tablette, sans rien laisser dans l’entrepôt. »

Ashlie et Drew Miller, qui font du maïs, du soja et de la tomate de conserve près de Galveston, Ind., élevaient aussi du bétail.

« Un ami nous suggéra la vente en ligne des coupes spécialisées et pour cadeau. Il avait fait de la recherche et lancé la marque Hoosier Beef. Nous avons accepté, pensant qu’il y aurait aussi quelque chose pour moi », dit Ashlie, qui avait quitté sa carrière en radiodiffusion quand ils décidèrent de partir leur famille.

Hoosier Steaks.

Ashlie créa une bonne expérience pour les clients avec de belles photos de leur ferme et des boîtes qui pouvaient s’offrir un cadeau. « Je veux que les clients voient qu’ils obtiennent la qualité qu’ils achètent, dit Ashlie. Elle personnalise même chaque boîte. La recherche de leur ami et les efforts d’Ashlie ont atteint la cible. Ils ont de la difficulté à répondre à la demande.

« Le premier été, nous avons eu des problèmes d’expédition. Nous devions aller chez FedEx chaque soir », raconte Drew. Il dit qu’il négocie encore avec le représentant commercial pour obtenir de meilleurs taux d’expédition.

Les Miller ajoutèrent un camion réfrigéré pour mieux servir leurs clients locaux.

« Nous vendons plus de coupes que ce que nous pouvons livrer et les gens achètent directement au camion », dit Ashlie.

Les Miller ont ajouté un camion réfrigéré pour mieux servir leur clientèle locale. Leurs filles aiment aider les clients à trouver leur coupe parfaite.

Read more