Rêveries Fromagères

La possibilité de voir une ferme en opération et comment elle a évolué peut être notre contribution la plus importante.

Rêveries Fromagères

La possibilité de voir une ferme en opération et comment elle a évolué peut être notre contribution la plus importante.

Par un beau samedi de juin, Alise Sjostrom et sa famille accueillirent près de 800 personnes à leur ferme près de Brooten, Minnesota, une ville de 743 personnes. Toutes voulaient goûter au fromage en grains de la ferme.

La préparation de la journée Curd Fest 2018 demanda une demie vie à Alise, maintenant âgée de 32 ans. Elle rêvait en effet de fabriquer du fromage depuis le jeune âge de 16 ans.

La visite d’une ferme productrice de fromage l’a alors inspirée et elle en parla à ses parents. « Nous étions bien d’accord, raconte Linda Jennissen, la mère d’Alise. Si elle allait réussir à fabriquer du fromage avec notre lait, nous allions l’appuyer. »

« La ferme du Wisconsin que nous avons visitée avec les 4-H envoyait directement sont lait par pipeline à la fromagerie d’en face. J’ai pensé que nous pourrions en faire autant, dit Alise. Je savais alors que je voudrais travailler à la ferme mais je ne voulais pas traire les vaches. C’est là que j’ai compris que la fabrication du fromage était la solution. »

Du rêve à la réalité Déterminée à devenir fromagère-fermière, Alise étudia le marketing alimentaire en suivant un curriculum spécial de l’université du Minnesota et approfondit le métier au Vermont Institute of Artisan Cheese.

« Je ne suis pas revenue immédiatement à la maison. J’ai d’abord travaillé pour des entreprises fromagères du Vermont et du Wisconsin. J’ai pu ainsi déterminer exactement ce à quoi ressemblerait ma propre fromagerie », dit Alise.

En 2012, elle et son mari, Lucas, et leur fille de 3 semaines, Lucy, revinrent à la ferme. Ils lancèrent une campagne de démarrage et reçurent des prêts de leur caisse d’épargne pour partir la nouvelle fromagerie Redhead Creamery.

« Nous somme rousses toutes quatre, mes soeurs et moi, et le nom de notre fromagerie n’aurait pas pu être mieux trouvé. Nous aimerions éventuellement produire aussi du beurre », dit Alise.

Le fromage en grains frit à la poêle servi avec garnitures sucrées ou épicées était le plus populaire lors de Curd Fest.

Alise dessina elle-même les plans et utilisa les prêts et le financement collectif pour bâtir une fromagerie près des étables et la relier par pipeline souterrain.

Une fois lancée à la fin de 2014, Alise utilisait de 7 à 10 % du lait de la ferme pour faire 500 kilos de fromage par semaine. Le reste de la production va à une co-op du Minnesota. En 2015, elle reçut un octroi pour augmenter son personnel et couvrir d’autres dépenses d’établissement.

Les tendances La réalisation du plan d’Alise tient de sa détermination et de son dur travail, mais aussi d’avoir eu la bonne idée au bon moment.

Selon les données du USDA Economic Research Service, la consommation de fromage a augmenté de plus de 25 % depuis qu’Alise a commencé. Et selon le Centre canadien d’information laitière, le potentiel du marché américain est à la hausse, sa consommation n’atteignant que la moitié de celle de certains pays européens.

En effet, la catégorie du fromage artisanal et de petite production est en plein essor. Ainsi, l’adhésion à l’American Cheese Society vouée aux producteurs de fromage artisanal a presque doublé depuis 15 ans.

Perspective Bâtir une fromagerie prospère est non seulement la réalisation d’un rêve pour Alise mais une source de revenus additionnels indispensables pour la ferme Jer-Lindy de ses parents, Jerry et Linda Jennissen. Elle fournit le potentiel de soutenir la prochaine génération de la famille sans même avoir besoin d’ajouter d’autres vaches.

« Le modèle d’entreprise de la ferme laitière évolue et nous savions que nous devions nous différencier. Nous avons travaillé avec notre prêteur pour créer un endroit où nous pourrions offrir des produits comme nulle part ailleurs », dit Alise.

Elle dessina la fromagerie en visant l’agrotourisme et la vente du fromage. L’usine elle-même a deux niveaux. La salle de production et les caves à fromage au sous-sol. Il y a à l’étage une cuisine commerciale, une salle de dégustation et une boutique où l’on peut goûter et acheter le fromage frais et d’autres produits alimentaires du Minnesota. On peut même prendre une consommation en se renseignant au sujet de la ferme.

Alise permet aux visiteurs de goûter dans sa boutique.

« Je voulais créer une destination, explique Alise. J’ai tout de suite voulu que Redhead Creamery soit une façon d’aider les gens à apprécier d’où vient leur nourriture et à avoir du plaisir en dégustant du fromage vraiment savoureux. »

Recevoir 800 personnes en une journée n’est pas la norme mais l’établissement accueille environ 400 personnes par mois. On y organise régulièrement des activités avec des organisations et des revendeurs locaux pour attirer un flux régulier de visiteurs.

Les visiteurs de la fromagerie peuvent aussi visiter les étables pour la modique somme de 10 $. Les commentaires faits en ligne sont très favorables.

« La possibilité pour les gens de voir une ferme en opération et comment elle a évoluée peut être notre contribution la plus importante comme entreprise », indique Jerry Jennissen, le père d’Alise et le directeur de la ferme laitière familiale.

Alise distribue aussi son fromage aux restaurants et aux épiceries de la région et vend directement en ligne à redheadcreamery.com. 

Read more