Un Lait Pour Chacun

L’option A2 pour les consommateurs sensibles au A1.

Un Lait Pour Chacun

L’option A2 pour les consommateurs sensibles au A1.

Lait, fromage et gâteau : jamais !

Sabrina MacTaggart croyait que son intolérance au lactose l’empêchait depuis presque toujours de boire du lait ou de manger tout aliment qui en contenait. Mais tout cela a changé en juillet 2019 quand elle amena ses enfants en visite chez Sheldon Creek Dairy, un transformateur laitier local près d’Alliston, Ontario.

Et contrairement à ce qu’elle croyait depuis l’âge de 11 ans, elle peut consommer un type de lait. Alors que son système digestif ne peut pas tolérer le lait contenant la protéine de bêta-caséine A1, il n’a aucune difficulté à digérer celui de type A2.

Le lait est composé d’eau et d’un mélange de matière sèche lactique (lactose, matière grasse, minéraux et protéines). Selon Wikipedia, un litre contient environ 10 ml d’une ou plusieurs variétés de protéine bêta-caséine. Le lait humain et des troupeaux d’Asie et d’Afrique contient principalement la variante A2A2. Mais suite aux mutations survenues dans le passé, le lait de la plupart des troupeaux laitiers du monde occidental a la variante A1A2.

Digestion différente. Les deux protéines sont presque identiques mais les études cellulaires démontrent que le système digestif humain les traite de façon légèrement différente. Dans le cas de Sabrina MacTaggart, cette petite variation moléculaire suffisait à déterminer si son système allait la tolérer ou non.

Selon Marianne Edward de Sheldon Creek Dairy, le lait A2 fut introduit en Australie et en Nouvelle-Zélande au tournant du siècle. Sa soeur, Emily de Haan, en entendit parler alors qu’elle travaillait dans une laiterie australienne et ramena le concept à sa ferme familiale. Ils surveillèrent la tendance de croissance du lait A2 et se plongèrent dans une recherche scientifique.

Nous avons vu que l’occasion se présentait car nous faisons de la transformation en petit lot à la ferme, indique Marianne. C’est un marché créneau car peu
de gens connaissent le produit. Mais nous pouvons contrôler le produit du début jusqu’à la fin et nous assurer que le lait ne contient aucune protéine A1. »

La première étape fut de faire appel à Holstein Canada pour tester leurs vaches pour la variante A2A2. Selon Marianne, le test s’apparente aux tests génétiques servant à la recherche des ancêtres. Ils commencèrent en 2014 à accoupler les vaches uniquement à des taureaux A2A2. Tout comme le gène humain pour les cheveux roux, si les deux parents n’en sont pas porteurs, impossible que l’enfant soit roux.

Garder la génétique. Quand certains producteurs optent pour le lait A2A2, ils vendent tout leur troupeau et repartent à neuf juste avec des vaches A2. Mais les de Haan aimaient leurs vaches. Reconnus Maîtres-éleveurs pour leur génétique, ils ne voulaient pas se défaire de leurs vaches à cause qu’elles n’avaient pas le gène correct. Heureusement, le moment était parfait ; ils travaillaient à construite une nouvelle étable robotisée et réalisèrent qu’ils pouvaient garder les deux.

La famille de Haan étudia la science du lait A2 et décida que ce serait une excellente addition à sa gamme de produits.

Tous les robots trayeurs peuvent séparer le lait des vaches traitées aux antibiotiques. La famille travailla avec le marchand Lely pour programmer ses robots pour diriger le lait des vaches A2 dans une citerne distincte avec des lignes séparées. Utilisant le transpondeur du cou de la vache, le robot détermine si c’est une vache A1 ou A2 et achemine automatiquement son lait vers la bonne citerne.

La technologie élimina le besoin de séparer les vaches, ajoute Marianne. Nous voulions qu’elles continuent à partager l’espace commun. Elles aiment bien leurs petites habitudes ; faire les mêmes choses jour après jour et côtoyer leurs amies. La conception de notre étable est très efficace mais demeure axée sur le bien-être du troupeau. Le bonheur des vaches a priorité.

La première production de lait A2 eut lieu en février 2019, à peine 300 litres. Ils établirent les protocoles qui traitèrent le lait A1 comme un allergène, dit Marianne. Ils transforment leur lait A2 un jour différent, éliminant le risque de mélange des deux types de lait dans les canalisations.

Les ventes partirent lentement et le marketing du lait A2 fut difficile. Leurs clients cibles étaient des adultes qui ne buvaient plus de lait en croyant qu’il les rendait malades. Heureusement, l’intérêt augmenta après la diffusion d’une émission spéciale sur le lait A2.

Les clients commencèrent à rechercher sur Internet où acheter du lait A2 et le téléphone de Sheldon Creek se mit à sonner.
Marianne remarqua que l’intérêt pour le produit augmentait après chaque télédiffusion d’une émission ou parution d’un article sur le lait A2.

Contrairement au produit à base de plantes, le produit A2 n’éloigne pas la clientèle du lait, dit Marianne. Bien au contraire, il attire un tout nouveau groupe de consommateurs. Ils veulent mettre du lait dans leurs céréales ou déguster un café sans s’inquiéter de sa teneur laitière. »

C’est vraiment formidable d’entendre les clients vous dire qu’ils peuvent enfin revenir au lait, dit Marianne. Je me souviens en particulier de l’appel d’un client, émerveillé d’avoir savouré son premier latte depuis 15 ans. Ce qu’il y a de bien est que quiconque peut à nouveau boire du lait en parle à cinq de ses amis, ayant peine à croire qu’il ou qu’elle a pu recommencer à boire du lait.

Sabrina MacTaggart est fort heureuse. Le lait A2 lui permet de préparer des plats jadis interdits. Sa prochaine prouesse sera de l’utiliser pour baratter son propre beurre.

Read more